Quatre saisons de fiançailles T01: Rêves en Blanc

Source photo: Renaud-Bray

AUTEURE : Nora Roberts

TRADUCTRICE : Maud Godoc

ÉDITION : Flammarion Québec

THÈMES : Amour, Amitié, Mariage, Littérature sentimentale

PAGES : 350.

QUATRIÈME DE COUVERTURE : Mackensie, Emma, Laurel et Parker sont amies depuis toujours. Petites, elles jouaient ensemble à la mariée; devenues grandes, elles ont fondé leur entreprise pour organiser des noces somptueuses, et parfois rocambolesques, dans la propriété de rêve qu’elles habitent. 

Mackensie, la photographe, excelle à immortaliser le bonheur des jeunes couples, mais elle est à mille lieues de s’imaginer tomber amoureuse. Toute à son travail, elle tente en vain de se protéger de sa mère égocentrique et de son odieux chantage. Jusqu’au jour où elle rencontre Carter Maguire, le frère d’une future mariée. Le timide professeur de littérature, fou d’elle, est aux antipodes de la bouillonnante photographe. Son charme et sa patience sauront-ils la convaincre qu’ils sont faits l’un pour l’autre?

Immortaliser le bonheur des autres, c’est ce que Mackensie Elliot fait de ses journées. Entre la distance qu’elle tente de mettre entre elle et sa mère et son train de vie rocambolesque, mais rempli de bonheur avec ses trois meilleures amies, la photographe est loin de vouloir tomber amoureuse. Voire même de penser mériter l’amour.

C’est là, lorsqu’elle travaille sur l’organisation du mariage de Shelly qu’elle tombe sur Carter Mcguire, ancienne connaissance et  timide professeur de littérature.  C’est ce timide professeur qui lui donnera la force d’affronter sa mère, et qui lui démontrera qu’elle mérite d’être aimée.

Rêves en blanc, premier tome de la série Quatre saisons de fiançailles nous offre une belle entrée en matière pour l’histoire qui défilera sous nos yeux au cours des quatre manuscrits. L’auteure nous amène dans un univers contrastant entre l’intention de créer des mariages parfaits, et les aléas de la vie amoureuse de l’héroïne principale.

Les personnages sont concis, et vrais. On tombe rapidement amoureux de ce quatuor que sont Mac, Emma, Laurel et Parker. Il est facile de s’imaginer être à leur place et de partager ce genre de moments avec nos amies respectives. Elles détiennent une amitié profonde que tout un chacun désire posséder dans la vie.

L’héroïne par ses 350 pages nous est dessinée par Nora Roberts comme une femme un peu garçonne qui possède une piètre estime d’elle-même. Plus la lecture avance, on comprend qu’en grande partie ce manque de confiance est causé par la relation entretenue avec sa mère. Cette relation malsaine ornée de chantage lui pourrit la vie. À la minute où les pages défilent sous nos yeux, on se rend compte qu’elle tente vainement de se défaire de celle-ci. Toutefois, elle semble toujours s’y plier avec l’argument dû : c’est ma mère.

Si rien n’est gagné d’avance à ce sujet qui se faufile au sein des 3 tomes suivants, son impact est moindre vers la fin du récit. La rencontre avec Carter et tout ce qui en découle apaise l’héroïne. Nous assistons à une belle évolution quant à la personnalité de Mackensie. On sent les différences chez le personnage principal à la fin du roman, entre ce qu’il était au départ, et ce qu’il sera devenu à la fin.

Le récit est bien bâti. À quelques occasions, les scènes manquent un peu de finesse. Pour faire avancer l’histoire, nombreux sauts dans l’espace-temps en compte de jours ou mois sont notés, il arrive parfois qu’on ait du mal à en saisir l’impact.

Les yeux sont gâtés avec une couverture très féminine et en lien avec le thème de la série. La version française sous l’édition de Flammarion Québec nous offre une image beaucoup plus soignée que la version américaine qui est vachement « Kitsch », et un type de papier qui nous rappelle le papier parchemin. L’écriture de ce roman est simple sans friture et nous amène à l’essentiel.

À la fois profond et simplet, ce premier Tome est une belle entrée en la matière pour cette série axée sur le concept du cordonnier mal chaussé. Belle lecture qui réchauffe le coeur, cette série s’adresse sûrement plus aux femmes qu’aux hommes. Il s’agit aussi d’un bon cadeau à faire aux  femmes que vous aimez.

Ma note : 9/10

Prix en magasin (Québec): De 18 à 25 $ le tome.

Article en lien : Série Quatre saisons de fiançailles

About these ads

3 réflexions sur “Quatre saisons de fiançailles T01: Rêves en Blanc

  1. Ping : Quatre saisons de Fiançailles T.02: Rêves en bleu | Alexandra Philibert

  2. Ping : Quatre saisons de fiançailles T03: Rêves en rose | Alexandra Philibert

  3. Ping : Quatre saisons de fiançailles T04: Rêves Dorés | Alexandra Philibert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s